Saison des tiques, que faut-il savoir ?

Le printemps marque la pleine saison des tiques. Cet acarien parfois infecté peut transmettre des maladies, c’est pourquoi il est important de connaître son lieu de vie et les bons réflexes à avoir. En cas de morsure, il est possible de retirer la tique et de surveiller la piqûre. Dans certains cas, la Mutuelle des Services Publics vous recommande de consulter votre médecin.

 

Les tiques, c’est quoi ?

 

La tique est un acarien dont les piqûres peuvent transmettre des maladies. Très petite, la tique reste tout de même visible à l’œil nu. Elle s’accroche à la peau des mammifères qui passent près d’elle (gibier, oiseaux, rongeurs, chiens, chats, et même l’Homme). Lorsqu’elle se fixe sur la peau, elle se nourrit en se gorgeant du sang de l’hôte pour se développer. Elle peut transmettre la maladie de Lyme qui est due à une bactérie. Soyez vigilant, le mois de mai marque le début du pic de présence et d’activité des tiques en France.

 

Les maladies transmises par les tiques

 

La tique est susceptible de transmettre des infections comme l’encéphalite à tique. Parmi les maladies transmissibles par la tique, on trouve la maladie de Lyme ou borréliose de Lyme. Cette transmission est causée par une bactérie qui infecte les tiques (bactérie du complexe Borrelia burgdorferi sensu lato). C’est la maladie la plus transmise par les tiques. Bien évidemment, le risque de transmission de la maladie devient plus grand lorsque la tique reste longtemps en contact avec la peau. Même si toutes les tiques ne sont pas infectées ou ne transmettent pas systématiquement de maladies, restez attentif. Heureusement, la maladie de Lyme se soigne bien si elle est prise en charge tôt.

 

Où trouve-t-on les tiques ?

 

La tique est attirée par les espaces humides. Elle se trouve donc principalement dans les bois, les buissons, les prairies ou autres espaces verts. D’après les chiffres de l’INRAE (l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement), 30 % des piqûres arrivent dans des jardins.

 

Quels sont les bons réflexes à avoir ?

 

Lorsque vous partez en promenade ou que vous sortez dans un espace vert avec des herbes hautes, il est fortement recommandé d’utiliser un répulsif. Méfiez-vous tout de même, les répulsifs pour moustique ne fonctionnent pas toujours contre les tiques. Si vous le pouvez, partez avec un tire-tique avec vous.

Privilégiez des vêtement couvrant les bras et les jambes afin de réduire les risques d’être piqué pas une tique. Préférez aussi les vêtements de couleurs claires afin de repérer les tiques plus facilement et optez pour une paire de chaussures fermées. Pour une meilleure protection, vous pouvez rentrer votre pantalon dans vos chaussettes. De cette façon, les tiques ne pourront pas se faufiler dans les ouvertures. Afin de protéger votre tête, n’oubliez pas de prendre un chapeau.

En retour de promenade, inspectez votre corps et vos vêtements ainsi que vos animaux. La tique aime se loger dans des zones humides et protégées du corps. Pensez-donc à inspecter soigneusement les aisselles, l’aine, le nombril, les conduits auditifs ou encore les plis des genoux. Ne négligez pas non plus l’inspection de la tête et du cuir chevelu. Si vous êtes à plusieurs, demandez de l’aide pour inspecter les endroits difficiles à voir seul (dos, nuque). N’oubliez pas d’inspecter vos enfants. Lorsqu’elle mord, la tique injecte un produit qui rend la morsure indolore. C’est pour cette raison que l’inspection est vraiment importante.

En balade ou en randonnée, favorisez les chemins banalisés et évitez de passer dans les herbes hautes. Évitez de vous asseoir à même le sol ou prenez avec vous un tissu de couleur claire pour vous asseoir.

 

Que faut-il faire en cas de piqûre ?

 

 

Il existe une application de signalement des piqûres de tiques. L’application CiTIQUE a été mise en place en 2017 par l’INRAE et ses partenaires. Elle recense les signalements de piqûres humaines et animales. De plus, elle permet d’envoyer les tiques piqueuses à un laboratoire de Nancy pour analyse. Ces données vont permettre d’établir une carte des zones les plus touchées par les piqûres en France, mais aussi celles où la maladie de Lyme se développe le plus.

Lors de votre inspection, si vous voyez une rougeur avec une pointe noire au milieu, c’est une tique. Une fois détectée, il faut la détacher immédiatement avec un tire-tique. Celui-ci permet de retirer l’acarien sans que la tête ne se détache. Pour l’utiliser, agrippez la tique au plus près de la peau et faites un mouvement circulaire en tirant légèrement vers le haut. Ce mouvement va vous permettre de retirer l’acarien sans que sa tête ne reste ancrée dans la peau. N’utilisez pas d’éther ou d’autres produits, la tique pourrait être endormie et relâcher son contenu, ce qui augmente le risque d’infection. N’essayez pas non plus de la retirer avec les ongles, vous risquerez de réinjecter le sang pompé en compressant l’abdomen de la tique. Vous pouvez acheter un tire-tique en pharmacie, mais si vous n’en avez pas vous pouvez utiliser une pince à épiler.

Si le rostre (la partie de la tique qui est enfoncée dans la peau) reste planté, ne vous inquiétez pas. Vous aurez une petite grosseur pendant quelques jours puis celle-ci disparaîtra.

Une fois la tique retirée, il est primordial de nettoyer puis désinfecter la zone. Si un halo rouge s’étend autour de la piqûre, consultez immédiatement un médecin. Une rougeur peut être signe d’une infection.

Faites bien attention, la tique peut encore vous piquer même une fois retirée. Placez la dans un mouchoir ou sur un morceau d’adhésif. Vous pourrez ensuite l’envoyer au Laboratoire Tous Chercheurs de Nancy pour qu’elle soit analysée.

 

Traiter une morsure de tique

 

Il est primordial de surveiller la zone de la morsure avec attention, surtout les jours suivant le retrait de la tique. Soyez attentif, les premiers symptômes de la maladie de Lyme peuvent apparaître jusqu’à 30 jours après la morsure d’une tique. Une plaque rouge ou foncée est signe d’une maladie de Lyme débutante. Sans traitement, cette lésion s’étend de plus en plus. Ce n’est pas une simple réaction inflammatoire, c’est un érythème migrant. Il entraîne avec lui des symptômes tels que la fièvre, la fatigue ou encore des troubles digestifs. Un médecin pourra vous prescrire un traitement antibiotique. Ce traitement est efficace pour lutter contre l’évolution de formes graves de la maladie.

Il n’y a pas d’immunité créée par le corps après avoir contracté la maladie de Lyme. Vous pouvez être à nouveau infecté, il faut donc rester vigilant lors de futures balades.

 

Dans quel cas doit-on consulter un médecin ?

 

Nous l’avons dit, il est primordial de consulter un médecin si une rougeur apparaît après la piqûre. Ce n’est pas le seul cas pour lequel il est hautement conseillé de voir votre médecin. Il est recommandé de consulter si :

  • La personne piquée est enceinte ou a moins de 8 ans
  • La personne mordue est immunodéprimée (traitement immunosuppresseur ou encore présence du VIH dont nous vous expliquons le dépistage)
  • La tique est restée implantée plus de 36 heures
  • Vous ne savez pas depuis combien de temps la tique était accrochée et qu’elle est gorgée de sang
  • Des symptômes anormaux apparaissent après une morsure (douleurs, fièvre, fatigue, douleurs articulaires…)

Le médecin décidera alors si un traitement est nécessaire ou non.

Les tiques ne transmettent pas toujours des maladies, mais il est important de veiller à ne pas vous faire mordre. Lors de vos pique-niques et randonnées de cet été, faites attention à vous et ceux qui vous accompagnent. Pour toujours mieux vous protéger dans chaque étape de votre vie, la Mutuelle des Services Publics reste à vos côtés et vous propose de découvrir ses complémentaires santé.

 

2021-05-20T09:00:35+00:0020 mai 2021|
RAPPELEZ-MOI !