Le stress du re-confinement : vigilance, facteurs, conséquences et solutions

Au mois de mars, une étude chinoise s’était intéressée à l’impact psychologique du confinement. Elle avait mis en lumière le stress lié au fait de devoir rester chez soi. Avec le re-confinement national qui a débuté le 29 octobre, vous l’avez peut-être déjà expérimenté ces derniers jours ou vous l’appréhendez. Comment, alors, être vigilant face à ce nouveau stress ? Perte de liberté, vie à plusieurs, solitude ou encore pression sociale… Voyons les facteurs aggravants de ce stress de la vie confinée, leurs conséquences, et les solutions que vous pouvez mettre en place pour prévenir et réduire ce stress.

 

Comment être vigilant face au stress ?

 

Repérer et comprendre les symptômes du stress est un premier pas pour le réduire. Tout d’abord, si vous ressentez un mal être physique léger (boule au ventre, gorge serrée, fatigue physique inhabituelle, éruption cutanée, nausées…), il peut s’agir de premiers facteurs. Les troubles du sommeil ou de l’appétit peuvent aussi être synonymes de stress.

Les symptômes ne sont pas forcément physiques. Vous avez des pensées plus négatives que d’habitude, vous perdez patience ou vous vous énervez plus facilement ?

N’hésitez pas à en parler autour de vous. En cas de symptômes plus intenses (crise de larmes, difficultés à respirer, tétanie…), il est primordial de contacter votre médecin. Celui-ci pourra vous prescrire des compléments alimentaires ou, dans les cas les plus sévères, une médication adaptée.

Nous vous conseillons de vous poser un peu chaque jour pour prendre le temps d’écouter votre corps et vos émotions. En prenant du temps avec soi-même il devient plus facile de repérer cessymptômes et donc de les appréhender. Vous pouvez prendre ce petit temps chaque soir avant de vous coucher

Vous pouvez aussi repérer des éléments associés au stress chez les autres. Irritabilité, yeux rouges, gonflés ou encore fatigués, sautes d’humeur, etc. peuvent traduire un stress plus ou moins conséquent chez les personnes que vous connaissez. De ce cas vous pouvez en parler avec la personne.

 

Quelles sont les conséquences de ce stress ?

 

Nous l’avons vu : les sources de stress sont nombreuses. Les symptômes varient d’une personne à l’autre.

Le soleil étant moins au rendez-vous, des études ont par le passé démontré que la période automnale et hivernale est une période naturelle d’augmentation de l’anxiété. Il est donc possible que le manque de lumière augmente ce stress du confinement. Vous pouvez aussi avoir la sensation de manquer d’énergie. Prenez le temps de sortir. Vous avez le droit à une sortie « loisir » par jour, pour faire de l’activité physique ou une balade d’une heure. Vous pouvez en profiter pour aérer votre intérieur.

Des troubles de l’alimentation peuvent aussi se déclarer. Perte d’appétit, grignotage intensif mais aussi changement de régime alimentaire brusque peuvent aussi accompagner l’arrivée du stress. Avec le temps, ces troubles risquent ensuite de s’aggraver et de se transformer en boulimie ou en anorexie.

 

 

Quels peuvent être les facteurs de ce stress ?

 

Se retrouver dans un lieu fermé peut jouer sur le mental. Le corps et l’esprit tournent en rond et certains symptômes ou réactions liés à l’anxiété peuvent apparaître : dépression, colère, abus de médicaments, etc. Alors que certains chercheurs alertaient sur un possible syndrome post-traumatique à la suite du premier confinement en mars, on peut craindre que ce second confinement vienne rajouter du stress supplémentaire. Soyez vigilants si vous observez une augmentation ou une aggravation des symptômes survenus lors du premier confinement. Solitude, mal logement ou encore hyper-occupation apportent leur lot de stress supplémentaire.

 

         Un stress lié au sentiment de perte de liberté

 

Pour certains citoyens, le sentiment de ne pas se sentir « pleinement libres » est source d’angoisses. Beaucoup se posent la question sur ce qui est autorisé ou non. Certaines mesures peuvent paraître « injustes » aux yeux de certains. Rappelons-nous des excès de zèle lors des contrôles de police, jugeant l’achat de protections périodiques comme accessoire.

La fermeture de nombreux lieux jugés non essentiels peut être source d’anxiété. Les restaurants, les bars, les cafés, les musées et tous autres lieux de rencontres et de culture sont un terreau essentiel au bien-être mental. Fermer ces lieux empêche alors un certain apaisement et relâchement mental pourtant nécessaires. Mais ne paniquez-pas, la culture n’est pas morte ! De nombreuses choses sont mises en place et certains musées ou théâtres communiquent beaucoup de manière digitale. C’est le cas notamment du Musée du Louvre qui présente des sujets très intéressant sur sa chaîne Youtube. Les librairies indépendantes, quant à elles, restent disponibles pour les livraisons et les commandes à emporter. Vous pouvez donc commander votre prochain polar à lire avec un thé et sous la couette sans vous inquiéter. Bien sûr, ces fermetures entrainent aussi un profond sentiment d’inquiétude pour les professionnels concernés. Malgré les aides promises, beaucoup doutent quant à leur futur professionnel, qu’ils soient patron, salarié ou indépendant. En tant qu’indépendant, ce stress du futur et des risques économiques se rajoutent au ressenti individuel.

 

         Vivre seul ou à plusieurs, un stress du cadre géographique

 

Certains, peu importe leur âge, appréhendent ce confinement car ils se retrouvent enfermés avec d’autres personnes. Pressions familiales, violences ou simple fait de voir sa bulle personnelle brisée peuvent mener à des angoisses. La vie à plusieurs peut être une situation très anxiogène. La charge mentale peut aussi s’intensifier, impactant alors la santé morale autant que physique. Pour mieux comprendre la charge mentale, vous pouvez regarder les vidéos de la chaîne Youtube Parlons peu, mais parlons. Les vidéastes Maud Bettina Marie et Juliette Tresanini y abordent la charge mentale avec humour.

 

A l’inverse, la solitude pèse également beaucoup. En effet, nombreux sont ceux, principalement chez les étudiants, qui n’ont d’autre choix que de se confiner seul dans leur appartement. Un sentiment de solitude peut vite émerger et causer de l’anxiété. Certains ont du mal à continuer de communiquer. Le sentiment de solitude peut non seulement s’accentuer et évoluer. Il peut se transformer en impression de ne plus être légitime auprès des autres. Les individus peuvent alors se renfermer encore plus sur eux-mêmes, augmentant l’angoisse de la solitude.

 

         Le confinement des autres comme exemple, un stress de pression sociale

 

C’est un sentiment assez étrange qui a été remarqué par certains psychologues lors du premier confinement. Avec l’augmentation de l’activité sur internet et sur les réseaux sociaux, certaines personnes ont développé un stress lié au fait de ne pas « vivre son confinement correctement ». Si le fait de pouvoir sortir est réduit, la pression sociale est toujours présente. Face aux routines sportives ou culinaires de certains, beaucoup ne se sont pas senti « à la hauteur ». Vivre enfermé chez soi devient alors une compétition pour savoir qui vit le mieux, cuisine le mieux, prend le mieux soin de soi.

 

 

Comment prévenir et alléger ce stress ?

 

         Le stress de l’environnement

 

Comme nous l’avons dit, être confiné à plusieurs apporte pour certains son lot d’angoisses. Bien évidemment, si ce stress dépasse la simple angoisse et nait d’une urgence il faut agir. Si vous pensez que votre vie ou celle de l’un de vos proches est en danger, vous pouvez sortir de chez vous pour chercher de l’aide. Vous pouvez suivre notre article résumant les points clés à connaître en cas de violences.

Même si l’on vit seul, garder contact avec ses amis ou sa famille est aussi une nécessité. Si les contacts physiques sont à éviter au maximum, il est tout de même important de ne pas se couper entièrement du monde. Veillez à prendre régulièrement des nouvelles de vos proches afin de vous assurer que leur stress n’a pas de conséquence grave.

Sortir est aussi une bonne chose. Nous l’avons déjà dit mais nous le répétons, le confinement ne signifie pas que vous devez rester enfermé dans un lieu clos sans jamais sortir. Dans la mesure où vous respectez les règles mises en place par le gouvernement, vous pouvez tout à fait sortir vous promener pendant une heure et dans un rayon d’un kilomètre. Vous oxygéner et voir autre chose que votre lieu de résidence vous fera du bien mentalement et physiquement.

Nous vous conseillons cependant de faire des pauses avec les réseaux sociaux ou les chaînes d’information. En effet, le brassage constant d’informations peut-être une réelle source de stress. Faire des pauses est bon pour votre moral ! Ainsi, n’hésitez pas à ajouter un contrôle à vos applications pour être prévenu lorsque vous dépassez plusieurs heures par jour. De manière générale, réduire votre utilisation des écrans, si cela est possible, aidera votre métabolisme et favorisera votre sommeil. La déconnexion est un aspect important du confinement. L’hyper-connexion peut vous affecter négativement.

 

         Le stress du télétravail

 

Pour ceux qui sont en télétravail, le cadre de travail a son rôle à jouer. Veillez à vous installer le plus confortablement possible, tant physiquement que mentalement. Réaménagez votre espace. Photo, fleurs ou même simples objets de décoration peuvent vous aider et vous apaiser. Faites des micro-pauses, levez-vous, étirez-vous et gardez des horaires de repas stables. Ne négligez pas les étirements avant, pendant et après votre travail, surtout si vous sentez que vous ne bougez pas suffisamment ou que des douleurs musculaires commencent à apparaitre. Les tensions physiques peuvent être sources de tensions mentales. La playlist de la chaîne Youtube Grand Paris Sud vous aidera à garder une bonne posture pendant ce télétravail. Il est toujours possible de prendre soin de sa santé, au travail comme en télétravail.

 

Du côté des employeurs ou des managers, le fait de devoir s’occuper d’une équipe à distance peut aussi être source de stress. La communication sera la clé pour s’assurer une gestion confortable et fluide du travail à distance. Il faudra aussi trouver un bon équilibre entre autonomie de vos employés et directives. Tout le monde n’est pas fait pour le travail à distance, restez indulgents, questionnez, et adaptez au mieux le rythme de travail de vos équipes.

 

 

         Le stress et la peur de l’inactivité

 

Pour les personnes dont l’activité professionnelle est arrêtée, vous pouvez garder un rythme calendaire en organisant des activités à domicile. Changez régulièrement d’activité pour réduire l’impression de tourner en rond. Pensez donc à varier vos occupations au maximum. Cuisine, tuto DIY, tricot, il n’est jamais trop tard pour vous lancer dans une nouvelle activité. Gardez aussi en tête que vous pouvez cesser ce que vous faites, laisser tomber ou choisir d’y revenir plus tard.

Si vous le pouvez, essayez de garder une activité sportive ou sortez marcher sans oublier votre attestation et sans dépasser le périmètre d’un kilomètre autour de votre domicile. De plus, essayez de garder un rythme et des habitudes alimentaires saines. Pas besoin de faire une montagne de réserves de nourriture, vous ne partez pas en hibernation. Prenez plutôt l’habitude de faire vos courses toutes les semaines, ce qui vous offrira une occasion de sortir et de ne pas rester enfermé.

La méditation ou le yoga sont aussi de bonnes façons de vous détendre physiquement et mentalement. Si ces disciplines vous demandent une trop grande concentration, vous pouvez commencer par de simples exercices de respiration. Pour vous aider à vous lancer dans la méditation, vous pouvez écouter des podcasts vous aidant à pratiquer différentes formes de médiations. Nous vous proposons aussi un podcast spécifique à la gestion des crises d’angoisse par la méditation.

Bien qu’oppressante, vous pouvez aussi apprendre à voir la solitude comme un terreau de réflexion et de créativité en découvrant quel est le pouvoir de la solitude avec le vidéaste Cyrus North.

Vous pouvez aussi profiter du silence et de ce qui vous entoure, comme le fait le vidéaste Patrick Muller en nous offrant tous les jours une petite tranche de vie et de douceur. Un peu de poésie visuelle au service de votre tranquillité.

Ne vous culpabilisez pas sur ce que vous faites ou ne faites pas pendant ce confinement.Prenez le rythme que vous voulez à la seule condition que vous vous sentiez bien.

Bien sûr, si vous vous sentez mal, physiquement ou mentalement, n’attendez pas et contactez votre médecin. Prenez soin de vous et des autres le plus possible.

 

 

Tout comme lors du confinement et du déconfinement, la mutuelle des Services Publics vous accompagne. Si vous avez des questions ou que vous ressentez le besoin de parler, votre mutuelle et Ima Santé mettent à votre disposition une plateforme téléphonique. Cette dernière vous permet d’être mis en relation avec plusieurs experts.

Si vous le souhaitez-vous pourrez alors discuter de vos droits aves des juristes qui répondront à vos questions.

Si vous avez simplement besoin de parler ou que vous avez un besoin psychologique vous serez mis en relation avec un psychologue clinicien à votre écoute.

Enfin si vos questions relèvent du domaine social des conseillers sont aussi à votre service pour vous répondre et vous apporter des solutions. Pour profiter de ce service, appelez le 0 800 75 75 75 et précisez votre numéro d’adhérent. Les services proposés et l’appel sont entièrement gratuits.

La Mutuelle des Services Publics vous fait aussi profiter de son service de téléconsultation. Si vous êtes diagnostiqué ou que vous pensez avoir la Covid-19 une plateforme est mise à votre disposition via Ima Santé. L’accès aux soins est alors facilité et vous pourrez obtenir un avis médical ainsi que des conseils depuis votre domicile.

Enfin nos agences restent ouvertes aux jours et horaires habituels mais vous pouvez poser vos questions à votre conseiller par téléphone au 09 69 32 21 39 ou encore par email à : contact.msp@mutuelle-msp.fr

2020-11-23T10:32:11+00:0023 novembre 2020|
RAPPELEZ-MOI !