L’Économie sociale et solidaire, c’est quoi ?

Reconnue par la Loi du 31 juillet 2014, l’Économie sociale et solidaire (ESS) regroupe un ensemble de structures cherchant à concilier utilité sociale, performance économique et gouvernance démocratique. Elles ont pour ambition de créer des emplois et de développer une plus grande cohésion sociale. Pour tenter de mieux comprendre son fonctionnement, La Mutuelle des Services Publics vous explique en détail ce qu’est l’ESS, comment elle est née et qui sont les acteurs qui la composent.

Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire ?

L’Économie sociale et solidaire est un concept désignant tout un ensemble de structures dont l’organisation se présente sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations. Leur fonctionnement interne ainsi que leurs activités sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale.

Ces entreprises fonctionnent avec des modes de gestion démocratiques et participatifs. Les bénéfices qu’elles réalisent sont encadrés de manière stricte : le profit individuel est proscrit, les résultats sont réinvestis et leurs ressources financières sont généralement en partie publiques.

Les deux mouvements qui la composent sont complémentaires, l’économie solidaire a revitalisé les valeurs défendues par l’économie sociale. Elle représente donc une économie au service de l’Homme et non au service du profit. La priorité est de défendre l’Homme sur le capital en impliquant une gestion collective des organisations.

Comment est née l’Économie sociale et solidaire ?

Les prémices de cette économie sociale remontent au mouvement ouvrier du XIXème siècle et sa résistance à la logique productiviste de la révolution industrielle. Les travailleurs, inspirés des penseurs du socialisme utopique comme Charles Fourier, s’organisent face à leurs conditions de vie précaires. Pour contrer cela, ils créent des sociétés de secours mutuels, des comptoirs alimentaires ainsi que des coopératives de production.

Le concept d’Économie sociale et solidaire naît réellement dans les années 1970 afin de répondre aux nouveaux besoins des populations, touchées notamment par le chômage et l’exclusion sociale. Ses acteurs soutiennent et répondent à ces préoccupations avec l’entrepreneuriat social ou les structures d’insertion par l’activité économique par exemple. D’autres façons de produire, de consommer et d’échanger, comme le commerce équitable ou le maintien d’une agriculture paysanne respectueuse de l’environnement sont également proposées. Cette économie solidaire interroge la finalité même de l’entreprise, et sa responsabilité face aux crises sociales, économiques et écologiques auxquelles nous faisons face. C’est en 1981 que, pour la première fois, un ministre de l’Economie Sociale est nommé.

Il faudra néanmoins attendre 2014, pour que l’Économie sociale et solidaire fasse l’objet d’une réelle définition juridique, permettant à cette forme d’économie d’être reconnue et développée. La loi du 31 juillet 2014 consacre ainsi une première définition et organise la représentation nationale et régionale de l’ESS.

Les acteurs de l’Économie sociale et solidaire

Les acteurs de l’ESS défendent une manière spécifique d’entreprendre, orientée vers des projets d’utilité sociale avant tout. Ils replacent ainsi l’économie dans son contexte, c’est-à-dire comme moyen au service de la société, non comme une fin en soi. Alors que les acteurs de l’économie financiarisée actuelle ont tendance à se focaliser sur les profits à court terme, ceux de l’Économie sociale et solidaire investissent dans des projets durables, à moyen et long terme.

Ces acteurs relèvent de champs très divers :

  • Environnementaux, avec par exemple des structures de la transition énergétique citoyenne
  • Financiers
  • Producteurs en circuits courts, etc.

Ils sont caractérisés par, d’un côté, la coopération (comme dans les Pôles territoriaux de coopération économique) et, de l’autre, par l’innovation, que ce soit dans le domaine du travail ou de l’emploi.

Contrairement à l’économie financiarisée, les bénéfices des membres de l’ESS sont en premiers lieux réinvestis dans de nouveaux projets d’utilité sociale, ou redistribués à leurs membres, et ne sont pas destinés à l’accumulation de richesses individuelles. Leurs priorités sont donc tout autres.

Les acteurs mettent l’accent sur la coopération et la solidarité et non sur la concurrence entre les individus. Ils prônent une gouvernance respectueuse de tous les salariés, orientée vers une prise de décision la plus démocratique possible.

Dans le monde globalisé d’aujourd’hui, ces acteurs de l’ESS rappellent l’importance d’un développement tourné vers les habitants. L’économie doit prendre en compte les spécificités et les besoins des territoires et s’y adapter et non l’inverse. De plus, cette relocalisation économique engendre un cercle vertueux, à plusieurs niveaux. Du point de vue économique et social, les activités fortement territorialisées ont l’avantage d’offrir une importante ressource d’emplois non délocalisables. Écologiquement, les circuits courts permettent par exemple de développer un mode de consommation plus responsable et respectueux de l’environnement. Enfin, au niveau sociétal et humain, l’ancrage territorial de l’ESS permet de rétablir des liens sociaux, qui manquent dans nos sociétés actuellement absorbées par des circuits économiques dépersonnalisés.

En plus de cela, l’Économie sociale et solidaire est aussi un secteur économique performant et innovant. L’ESS représente aujourd’hui :

  • 5% de l’emploi français
  • 9% de l’emploi privé
  • 37 millions de salariés
  • 221 325 établissements

On mentionne rarement le fait qu’un grand nombre d’initiatives et d’innovations que les acteurs de l’ESS ont fait émerger ont été reprises par des grands groupes.

L’économie sociale et solidaire doit ses réussites à la multiplicité de ses acteurs et aux valeurs qu’ils défendent. Ils développent aujourd’hui de nombreux projets, dans des domaines très variés : consommation responsable, circuits courts, outils financiers responsables et solidaires, ainsi que dans le domaine du logement et de la santé.

L’ESS, pour une économie qui a du sens

Dans notre monde de surconsommation actuel, l’ESS est un mouvement social et économique qui apparait aujourd’hui comme une alternative pertinente au mode de production actuel. Grâce à elle, il est possible de créer une économie soucieuse de ses responsabilités sociétales, du partage des richesses qu’elle produit, de la qualité des emplois qu’elle crée ainsi que de l’implication des citoyens dans le pilotage des projets.

La loi de 2014 relative à l’Économie sociale et solidaire représente une étape importante dans la reconnaissance de l’ESS. Elle pose en effet, une définition de cette économie : il s’agit d’un « mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine » auquel adhèrent les personnes morales de droit privé qui respectent les conditions suivantes :

  • Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices
  • Une gouvernance démocratique prévoyant la participation des parties prenantes aux réalisations de l’entreprise
  • Une gestion ayant pour objectif principal le maintien ou le développement de l’activité de l’entreprise

Le but recherché par les entreprises de l’ESS n’est pas la seule lucrativité. Les coopératives, mutuelles, sociétés d’assurance mutuelles, fondations ou associations respectent un but autre que la recherche de bénéfice par nature. Les sociétés commerciales doivent prioritairement rechercher une utilité sociale qu’elles inscrivent dans leur statut. Cette utilité sociale peut être :

  • Le soutien à des personnes en situation de fragilité
  • La lutte contre les exclusions et les inégalités,
  • La contribution à l’éducation et à la citoyenneté
  • Le concours au développement durable, à la transition énergétique et à la solidarité internationale

De nos jours, l’Économie sociale et solidaire prend tout son sens. Elle représente un modèle économique plus juste et plus durable qui s’insère parfaitement dans le contexte actuel. Il nous tient à cœur, à la Mutuelle des Services Publics, de contribuer aux enjeux de l’ESS en partageant ses valeurs. Dans notre combat pour un accès à la santé pour tous, nous faisons tout notre possible pour accompagner et éclairer nos adhérents. En plus de nous occuper des remboursements, nous prenons aussi une posture informatrice sur des sujets santé tel que les médecins traitant ou encore les médicaments génériques.

2022-07-28T10:13:20+00:0028 juillet 2022|
RAPPELEZ-MOI !