La ménopause en 6 points

Le 18 octobre, c’était la Journée Mondiale de la ménopause. La Mutuelle des Services Publics vous propose donc de découvrir ou redécouvrir ce qu’est la ménopause, sujet tabou mais pourtant essentiel à cerner. Survenant dans la vie  d’une immense majorité de femme, quels en sont les symptômes ? Quels problèmes de santé peuvent en découler et sont-ils systématiques ? Quels traitements existent et ont-ils des risques ? Vous informer est un premier pas pour appréhender la ménopause et mieux la vivre.

 

La ménopause, qu’est-ce que c’est ?

 

Période dans la vie d’une femme où les menstruations cessent, la ménopause touche les femmes, généralement à partir de 45 ans. Quand les ovaires ne sécrètent plus d’hormones (œstrogène et progestérone) ni ne forment d’ovule, on parle donc de ménopause. On considère que c’est un phénomène naturel qui est pleinement installé lorsque les règles ont cessé depuis une année. Ce phénomène se fait de manière progressive. En outre, chaque femme le vivra différemment. Plusieurs symptômes peuvent survenir en plus de la rupture du cycle menstruel et du cycle de l’ovulation. Ces symptômes varient d’une femme à l’autre. Ainsi, certaines vivront cette nouvelle étape de leur vie sans aucun problème, accueillant même à bras ouvert la fin de leurs règles, quand d’autres auront plus de difficultés face à la ménopause. Entre colère et liberté, parlons de ce que c’est qu’être ménopausée. N’oubliez pas que, quoi qu’il arrive, vous êtes, et serez, toujours la même personne malgré ces changements.

 

Quels symptômes accompagnent la ménopause ?

 

Pour certaines, la ménopause arrive comme une claque, pour d’autres, avec la légèreté d’une plume. Et dans son sillage, elle s’accompagne parfois de symptômes variés. On peut par exemple noter les bouffées de chaleur, les insomnies, la fatigue ou encore l’irritabilité. Ce genre de troubles sont dit climatériques, ils accompagnent les modifications hormonales associées à l’arrêt du cycle des ovaires. C’est la carence en œstrogène et progestérone provoquée par cet arrêt qui peut causer des symptômes qui varieront d’une femme à l’autre. Il arrive aussi que cette chute d’hormones cause une chute de la libido pour certaines femmes. En parler au sein du couple est donc une bonne chose, il ne faut pas taire ses symptômes. Les vidéastes de la chaîne Parlons peu, mais parlons ! abordent avec humour les tracas mais aussi les bons côtés de la vie sexuelle des seniors. Parfois, certains symptômes seront plus dérangeants au quotidien, comme des sécheresses vulvovaginales ou des infections urinaires. Dans le cas de symptômes trop appuyés, il ne faut pas hésiter à contacter un médecin. Vous pouvez aller voir votre médecin traitant, votre sage-femme ou votre gynécologue. Si vous ne vous sentez pas écoutée et comprise, vous êtes en droit de changer de médecin. De plus, si vous pensez subir des violences médicales, parlez-en. En effet, la parole se libère et il arrive bien trop souvent que des examens gynécologiques se passent dans la douleur ou la violence, ce n’est en aucun cas normal. De nombreux témoignages fourmillent sur le compte Instagram Balance ton Utérus et sur le site Balance ton Utérus. Vous pouvez aussi consulter la liste de praticiens et praticiennes bienveillants pour trouver celui ou celle qui vous convient le mieux.  Même si votre corps change à nouveau, ne voyez pas cette ménopause comme une fin, essayez de l’accueillir comme un renouveau. Mieux vous la comprendrez et l’accepterez et mieux elle se passera.

 

Quels problèmes de santé surviennent avec la ménopause ?

 

La ménopause entraine donc des symptômes mais ce phénomène en soi n’est pas une maladie. C’est une phase naturelle comme l’est le commencement des cycles menstruels. Si vous ne devez pas vous sentir malade, gardez en tête que, si vous avez des symptômes, vous pouvez demander à les traiter.

En revanche, en plus des symptômes, il existe un risque augmenté de contracter certaines maladies accompagnant la ménopause. On remarque par exemple une nette augmentation de troubles génito-urinaires, une tendance au surpoids ainsi qu’une augmentation des problèmes cardiovasculaires. Ces risques varient, encore une fois, d’une femme à l’autre. Certaines ne subiront aucun changement et leur vie sera inchangée, d’autres verront se déclarer quelques risques en plus. C’est pour cette raison qu’il est important d’en parler avec votre médecin. Dans une société qui valorise un idéal de jeunesse il est important de comprendre que ces changements sont tout à fait normaux. Même s’il est dur dans notre société de se voir grossir et vieillir et facile de culpabiliser face à ces changements.  Il n’y a pas de honte à voir son corps changer au même titre que les hommes n’ont pas souvent honte de leurs cheveux poivre et sel. Mais vous avez le droit d’être informées de ces risques et d’être aidées.

Un autre risque lié à la ménopause est l’ostéoporose, touchant une femme ménopausée sur quatre. L’ostéoporose intervient lorsque la diminution de la capacité du corps à produire du tissu osseux entraîne une perte osseuse qui fragilise fortement le corps entier. On remarque avec cela un risque accru de fractures, principalement du poignet ou encore du col du fémur. Un tassement vertébral est aussi fortement possible.

 

Quels traitements existent pour la ménopause ?

 

Si les symptômes sont trop forts ou que votre état de santé devient inquiétant, vous pouvez vous faire prescrire un traitement hormonal. Toutes les femmes ménopausées n’en ont pas besoin mais si leur quotidien est gêné par la ménopause, elles pourront suivre un traitement couplé à des conseils hygiéno-diététiques. Parmi ces conseils, on compte l’arrêt du tabac, une consommation extrêmement modérée d’alcool, une alimentation variée ainsi qu’une activité physique régulière. Tous les conseils d’une vie saine que l’on donne à tout individu à n’importe quelle étape de la vie. Pour l’arrêt du tabac, il existe des traitements par patch pour vous aider ainsi que des applications pour tenir compte de vos jours sans tabac. Pour une alimentation saine, la Mutuelle des Services Publics vous propose d’être en contact avec des nutritionnistes via la plateforme Ima santé accessible depuis votre espace adhérent.

 

Le traitement hormonal substitutif de la ménopause peut être proposé par votre médecin traitant ou votre gynécologue. Ce traitement va associer un œstrogène à un progestatif. L’œstrogène interviendra alors sur les troubles climatériques et aidera à prévenir l’ostéoporose. Le progestatif, quant à lui, va aider à diminuer le risque de cancer du col de l’utérus. Ce traitement n’est bien sûr pas obligatoire, vous avez la possibilité de choisir comment vous souhaitez vivre ces changements. Vous pouvez aussi essayer un traitement et changer d’avis ensuite s’il ne vous convient pas. Être à l’écoute de son corps est primordial. Soyez à l’écoute de votre corps, de ces changements, de la manière dont vous les vivez et de vos envies. N’hésitez pas à demander aux autres autour de vous d’être à l’écoute, parlez-en. Médecins et gynécologues ont pour devoir de vous écouter pour vous comprendre et vous aider.

 

Quels risques peuvent être liés au traitement pour la ménopause ?

 

En plus de cette prescription possible, un examen clinique et une mammographie sont conseillés. Le traitement est administré le plus tôt possible après la confirmation de la ménopause et il sera à poursuivre tant que les symptômes dureront. Il est conseillé aux femmes suivant ce traitement hormonal de demander une réévaluation de leur état de santé au moins une fois par an. Le traitement hormonal peut en effet s’accompagner d’effets négatifs. Les risques de cancer du sein microscopique  (le traitement favorise l’apparition de petites tumeurs), de cancer de l’endomètre et de cancer de l’ovaire sont accrus. De plus on peut aussi noter des risques supplémentaires de thrombose veineuse (formation d’un caillot dans une veine) ou d’accident vasculaire cérébral (AVC). Ces risques restent minimes, gardez-en tête que vous pouvez être aidées face à vos symptômes.

 

Les traitements alternatifs pour la ménopause

 

Dans le cas où seules les bouffées de chaleur posent problème à la venue de la ménopause, il est possible de suivre uniquement un traitement non hormonal. Pour traiter les sécheresses vaginales, des hydratants ou des lubrifiants vaginaux sont aussi possibles, afin d’améliorer le confort sexuel. Un traitement hormonal aux œstrogènes peut aussi être prescrit. Il s’applique localement et aide à diminuer la sécheresse vaginale et vulvaire. Il existe aussi différents traitements pour prévenir l’ostéoporose.

 

Avant toute prise de décision, nous vous conseillons d’en parler avec votre médecin. Si vous avez des questions la Mutuelle des Services Publics est là pour vous accompagner au mieux. Avec Ima Santé, nous proposons notamment un service de téléconsultation ainsi qu’une plateforme d’assistance. Même si nos agences sont fermées, vous pouvez toujours voir nos offres ou demander à être rappelée via notre site. Nous vous proposons aussi de visionner le documentaire Ménopausée de Joëlle Oosterlinck, regroupant les témoignages de 7 femmes et de leurs expériences personnelles, toutes différentes. De plus, nous vous conseillons le compte Instagram la_ménopause, qui rassemble informations, témoignages, conseils, bons plans et discussions autour du sujet.

Gardez-en tête que tous les choix que vous prendrez face à ces changements sont les vôtres. Ils sont légitimes. Ils doivent être éclairés et c’est la raison pour laquelle nous vous conseillons de choisir un médecin qui saura être à l’écoute.

2020-11-23T10:30:02+00:0023 novembre 2020|
RAPPELEZ-MOI !